Jeux dangereux : le jeu de la tomate

» ... mardi 14 février 2012

Nous vous transmettons cette information parce que la vigilance est l’affaire de tous.


 

JEU D’ÉTRANGEMENT : UN DANGER DE MORT

Vous avez certainement entendu parler du jeu du foulard, que les jeunes pratiquent à l’école, et qui peut tourner au drame. Mais ces pratiques sont-elles répandues ? Comment savoir si son enfant essaie ces jeux d’étranglement ? Quels sont les véritables dangers ? Pour tout savoir sur un phénomène inquiétant.

 

Cela fait plus de 50 ans que les jeux d’étranglements tel que celui du foulard sont pratiqués. Souvent, les jeunes à la recherche de sensations ne se rendent pas compte du danger qu’ils courent.

Des jeux qui se développent

Jeux étranglementsOn dénombre plus de 90 appellations pour ces jeux d’étranglement : Le rodéo, le jeu du foulard, les solvants, le jeu de l’autoroute, le taureau, le métro, le train, le jeu de la tomate, l’AVC (action vérité chiche.). Les principales victimes sont les collégiens (de 11 à 15 ans). Mais la pratique semble être de plus en plus précoce. Selon les études, environ 10 % des enfants pratiquent des jeux dangereux. Et si l’expérience reste généralement isolée, certains jeunes pratiquent 2 à 3 fois par jour le jeu du foulard !

Quelles conséquences ?

Dans les jeux d’étranglement, le principe est généralement de couper l’arrivée de sang au cerveau, par la pression sur les deux carotides. Cela provoque d’abord un malaise, avec éventuellement des hallucinations, puis une perte de connaissance. Il peut alors se produire des convulsions. C’est en général le moment choisi par les camarades pour arrêter l’étranglement et réveiller le cobaye. Le problème survient si l’étranglement est poursuivi, ou que l’enfant a voulu faire cela tout seul, avec un lien accroché à quelque chose et qu’il se retrouve pendu (même en gardant les pieds au sol : son poids suffit à l’étrangler). Alors le manque d’oxygène peut provoquer des séquelles nombreuses et graves : paralysie d’un ou plusieurs membres, voire de la moitié du corps, surdité, cécité, épilepsie sévère, troubles cognitifs. ou la mort en 3 à 4 minutes.

Quels signes d’alerte ?

Comment savoir si son enfant pratique des jeux dangereux ? Difficile souvent de le faire parler de ses activités. Mais certains signes et symptômes doivent attirer votre attention :

  Joues rouges, manque de concentration ;
  Violents maux de tête, marques sur le cou ;
  Attachement à une corde ou un lien ;
  Repli sur soi ;
  Phobie scolaire.

Si votre enfant présente plusieurs de ces signes, il faut essayer de vous renseigner sur les pratiques auprès de ses amis et de l’école. N’hésitez pas à contacter les membres de la communauté éducative de son école, un médecin et même un psychologue .

Nous avons pris conscience dans notre établissement que des enfants connaissaient ce jeu et pouvaient le pratiquer. Nous avons donc décidé de faire une information à tous les élèves du cycle 3 sous forme de présentation des risques puis d’un débat pour les amener à parler de ces pratiques.

Nous vous encourageons à poursuivre cette information à la maison. Pour plus d’informations, vous pouvez vous rendre sur le site de l’APEAS